Julia Marton-Lefevre

Julia Marton-Lefevre

Jusqu’en janvier 2015, Julia Marton-Lefèvre a été directrice générale de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), le plus grand réseau mondial de conservation et protection de l’environnement. Il rassemble de nombreux états, agences gouvernementales, ONG, scientifiques et experts du monde entier. En tant que directrice générale, elle a également été PDG du Secrétariat de l’UICN et a eu sous son commandement plus de 1000 personnes travaillant dans 50 pays du monde.

Avant de travailler huit ans à l’UICN, elle a été recteur de l’Université pour la paix (UPEACE) des Nations Unies, dont le principal campus se trouve au Costa Rica. UPEACE est une université internationale qui propose des cours, des mises en situation et de la recherche sur des problèmes liés à la paix, au conflit, et à la sécurité environnementale. Avant d’être recteur de l’UPEACE, Madame Marton-Lefèvre a exercé plusieurs fonctions. Elle a notamment été directeur exécutif de LEAD (Leadership for Environment and Development) International, un programme mis en place par la Fondation Rockefeller pour rassembler et former des dirigeants en milieu de carrière venant du monde entier et travaillant dans différents secteurs afin de renforcer leurs compétences pour pouvoir répondre au mieux aux problèmes liés au développement durable. Julia Marton-Lefèvre a également été directeur exécutif du Conseil International des Unions Scientifiques (CIUS) basé à Paris. Le CIUS est une organisation non-gouvernementale qui rassemble deux catégories d’organisations : des académies des sciences, qui sont des organismes nationaux et des unions scientifiques, organisations internationales et disciplinaires. Elle a commencé sa carrière internationale en travaillant pour le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) et a également travaillé à Paris dans les locaux de l’Unesco en tant qu’expert de programme d’éducation environnementale à l’échelle internationale.

Mme Marton-Lefèvre a fait des centaines de discours tout au long de sa carrière. Elle a également écrit des articles, des articles d’opinion et a co-écrit plusieurs ouvrages. Elle est actuellement membre du Comité exécutif du prix Tyler pour les réalisations en matière d’environnement (qu’elle préside), et siège également à l’Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID) de Genève, à l’Oxford Martin School de l’Université d’Oxford, au Global Institute of Sustainability (Arizona State University), à la Fondation Prince Albert II de Monaco, à Bioversity International (un organisme scientifique indépendant), au Turkana Basin Institute et à l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI).
Quelques années auparavant, Julia Marton-Lefèvre a été membre du Conseil chinois de Coopération Internationale en Environnement et en Développement, vice-présidente du conseil du World Resources Institute (WRI). Elle a également été membre des conseils des organismes suivants : l’Institut International pour l’Environnement et le Développement (IIED), la LEAD International (Leadership for Environment And Development), l’UPEACE (Université de la Paix) et la Bibliothèque d’Alexandrie. Elle est restée en contact avec toutes ces organisations. 

Julia Marton-Lefèvre travaille à réduire le fossé entre le monde des affaires et la société civile. Elle a ainsi pris part aux conseils consultatifs en environnement de Dow Chemical, Coca Cola, Nespresso et au conseil du Global Compact de l’ONU. Elle est actuellement présidente du comité consultatif indépendant du Sustainable Biomass Partnership, et a été membre de comités consultatifs chez Veolia et BNP Paribas.

Pour récompenser son travail au CIUS, Madame Marton-Lefèvre a reçu le prestigieux prix de l’AAAS (Association Américaine pour l’Avancement des Sciences) : l’Award for International Cooperation in Science (Prix pour la coopération en science). Elle a également été nommée Chevalier de la Légion d’Honneur par le gouvernement français, Chevalier de l’Ordre de Saint-Charles par S.A.S le Prince Albert de Monaco. Elle a reçu le prix ProNatura par le gouvernement hongrois et la Citation présidentielle de la part de la République de Corée. Elle a été élue à l’Académie mondiale des arts et des sciences, au Conseil pour l’avenir du monde (World Future Council) et elle est membre de la Royal Geographical Society.
Invitée par la Fondation Rockefeller, Madame Marton-Lefèvre a passé un mois au Bellagio Center de la Fondation en tant que Policy Fellow en 2015. En 2016, elle est invitée à la School of Forestry and Environmental Studies de la Yale Institute of Biospheric Studies à l’Université de Yale en tant qu’Edward P.Bass Distinguished Visiting Environmental Scholar. Elle est également membre du Davenport College de l’université de Yale.

Madame Marton-Lefèvre est née en Hongrie. Elle a étudié aux Etats-Unis et en France et a vécu sur plusieurs continents. Elle se considère comme citoyenne du monde.